GIEE, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Trouver un GIEE > Par région > Occitanie

BIO 82

Flux RSSImprimer la page

Développer l'autonomie fourragère des élevages biologiques du nord Occitanie au travers d'une démarche collective

Pour sécuriser leurs exploitations soumises aux aléas climatiques, des éleveurs testent des pratiques fourragères innovantes basées sur la mise en valeur de végétations diversifiées. Ces pratiques améliorent l'autonomie alimentaire des fermes et diminuent les achats d'intrants à long terme.

DESCRIPTION DU PROJET

Suite aux événements climatiques de 2010, 2011 et 2013, les éleveurs bio du nord Occitanie se sont retrouvés en difficulté par manque de fourrages. Il y a eu, alors, prise de conscience de la sensibilité de des systèmes amenant les agriculteurs à rechercher des solutions pour faire face à ces difficultés. Bien qu’éloignés géographiquement, ils ont pu se réunir pour partager leurs expériences à l'occasion de travaux sur les prairies à flore variée, prenant conscience de l’intérêt d’échanger sur ces innovations et de coordonner leur travail afin d’assurer la pérennité de leurs exploitations. La mise en place d’un GIEE semble l’outil pertinent pour la cohérence et la mobilisation des producteurs. Trois actions pourront être mises en œuvre dans ce cadre :
1. tester et évaluer des pratiques fourragères afin de sécuriser l'autonomie alimentaire des fermes ;
2.favoriser la mutualisation de connaissances et de moyens pour faciliter l'intégration des nouvelles pratiques sur les fermes ;
3.diffuser et valoriser les connaissances acquises par les éleveurs. Une synthèse des résultats sera éditée à la fin du projet reprenant l'ensemble des résultats et des retours d'expériences.

En accord avec les principes de l'agro-écologie, les actions envisagées dans le cadre de ce projet répondent à plusieurs niveaux de performances. Sur le plan économique, l'amélioration de la qualité des prairies temporaires en terme quantitatif et qualitatif permet de sécuriser des stocks réduisant ainsi les achats d'aliments. La mutualisation de moyens et l'organisation de commandes groupées (fourrages, semences...) permet de réduire le montant des intrants. Sur le plan environnemental, les actions mettent en avant l'intérêt de la biodiversité fonctionnelle pour améliorer la robustesse des systèmes fourragers. Enfin, sur le plan social, les actions favorisent le partage d'expériences et de savoir-faire entres agriculteurs et permettent un lien fort entre acteurs de la recherche (INRA) et acteurs de terrain.

A télécharger - Livrables

Carte d'identité

NOMBRE D’AGRICULTEURS
12

STRUCTURE PORTEUSE
Bio 82

PRINCIPALE PRODUCTION
Polyculture-élevage

PRINCIPALE THÉMATIQUE
Autonomie alimentaire des élevages

STRUCTURE D'ACCOMPAGNEMENT
GAB ou Fédération agriculture biologique

PARTENAIRES ENGAGES
Association pour la promotion de l'agriculture biologique en Aveyron (APABA)
Bio 82 
Bio 46